La paroisse Sainte-Marguerite-Bourgeoys de Sherbrooke (Québec) présente ses activités pastorales et spirituelles, ses services et ses projets. Paroisse Sainte-Marguerite-Bourgeoys: Fondatrice et oeuvre
Wayback Machine
mars AVR. mai
Previous capture 12 Next capture
2018 2019 2020
Retour à l'index des sites archivés
Cette capture de site Web a été effectuée le 12 avr. 2019 à des fins de préservation par Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
Certains liens internes et externes ainsi que les formulaires, la recherche et les éléments interactifs du site, y compris les vidéos, peuvent ne pas fonctionner.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Cette capture de site Web a été effectuée le 12 avr. 2019 à des fins de préservation par Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
Sainte Marguerite et les enfants

Vie paroissiale

Vie chrétienne

Sainte Marguerite Bourgeoys

Mère de la colonie et co-fondatrice de l'Église du Canada

Biographie

  • Née le 17 avril 1620.
  • En 1640, Marguerite se consacre à Dieu à la Congrégation de Troyes vouée à l'enseignement aux enfants pauvres. 
  • En 1642, elle apprend la fondation de Ville-Marie en Canada et ressent un appel missionnaire.
  • «À Montréal, Marguerite Bourgeoys s'occupe de l'instruction des garçons et des filles.  Arrivée au pays en 1653, elle doit attendre 5 ans avant d'accueillir des enfants d'âge scolaire.  (Denis Vaugeois, Jacques Lacoursière, Histoire 1534-1968, p. 84.)
  •  «La première école, modestement logée dans une étable de pierre, ouvre ses portes aux garçons et aux filles en 1657:   c'est l'oeuvre de Marguerite Bourgeois, célibataire originaire de Champagne tout comme sa compagne Jeanne Mance.   Elle avait été amenée au pays en 1653 par Maisonneuve qui avait vainement tenté de persuader sa propre soeur, religieuse de la Congrégation de Notre-Dame, de venir oeuvrer à Ville-Marie.  Mais en 1658, Marguerite Bourgeoys passe en France où elle recrute trois compagnes capables de l'assister.  Faisant preuve d'un dynamisme étonnant, les quatre femmes fondent leur propre communauté - officiellement reconnue en 1676 par Mgr de Laval - et étendent rapidement leur oeuvre dans toute la vallée du Saint-Laurent.  Mère Marguerite Bourgeoys abandonnera, en 1693, à l'âge de 73 ans, la direction de cette Congrégation exclusivement consacrée, depuis 1665, à l'éducation des jeunes filles.  Elle ne mourra cependant qu'en 1700.
    (Denis Héroux, Robert Lahaise, Noël Vallerand. La Nouvelle France, p. 44.)
  • La Congrégation de Notre-Dame reçoit sa charte civile de Louis XIV en 1671, puis canonique par mandement de l'évêque de Québec en 1676, et enfin l'approbation de ses Constitutions religieuses en 1698.
  • Elle est béatifiée le 12 novembre, 1950 et canonisée, le 31 octobre 1982.
  • La fête de Sainte Marguerite Bourgeoys se célèbre le 12 janvier de chaque année.
marguerite

Source:Marguerite Bourgeoys (1620-1700)
Fondatrice des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame

Pèlerinage dans les traces de Sainte Marguerite Bourgeoys. 

Voyez le disporama ci-dessous qui montre nos paroissiens explorant ces lieux où a vécu Sainte Marguerite Bourgeoys.

Sources: Photographies de Serge MALOUIN et de Jean HUOT.

Sources: Archives de la Congrégation de Notre-Dame - Montréal

Signets au sujet de Sainte Marguerite Bourgeoys et de la Congrégation de Notre-Dame

Page précédente  Page précédente      Page suivantePage suivante