Wayback Machine
oct. NOV. MARS »
Previous capture 30 Next capture
2017 2018 2019 »
Retour à l'index des sites archivés
Cette capture de site Web a été effectuée le 30 nov. 2018 à des fins de préservation par Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
Certains liens internes et externes ainsi que les formulaires, la recherche et les éléments interactifs du site, y compris les vidéos, peuvent ne pas fonctionner.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Cette capture de site Web a été effectuée le 30 nov. 2018 à des fins de préservation par Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
 
Les dossiers Contact

La zone d'échanges entre l'Université Laval,
ses diplômés, ses donateurs et vous

Les dossiers de Contact

DOSSIER

Argent_intro_366

L'argent et nous

L’argent. Celui qui n’a pas d’odeur ni ne pousse dans les arbres, mais qu’on jette parfois par les fenêtres. Le mot a beau être partout dans le langage courant, il reste qu’on en parle bien peu. On dit même de l’argent qu’il serait le dernier tabou.

Dans ce dossier Web, Contact fait le saut: par la lorgnette de plusieurs chercheurs de l’Université, il décortique ce sujet qui ne laisse personne indifférent. Qu’est-ce qui nous pousse à acheter? Le crédit est-il bon ou mauvais? Peut-on vivre sans dettes? Cette exploration financière s’arrête aussi sur des tendances à la hausse dans le domaine: l’abus des personnes aînées de même que l’incontournable ascension du commerce électronique qui révolutionne le monde des affaires.

Sommaire du dossier

Acheter pour exister

Jadis, on achetait par nécessité. Aujourd’hui, la nécessité, c’est d’acheter. Que s’est-il passé entre les deux?

Vivre à crédit

L’endettement des Québécois augmente sans cesse. La dette fait-elle partie de notre ADN? Pouvons-nous vivre sans crédit?

Arnaquer Grand-maman

Appels frauduleux, argent envolé, patrimoine liquidé; aux côtés des grands crimes financiers, il y a ceux, plus discrets, qui se jouent dans les chaumières. Souvent silencieuse, l’exploitation financière des personnes aînées n’en est pas moins dévastatrice.